Pourquoi et comment mieux vivre le retour au salariat quand on est entrepreneuse ?

retour au salariat - entrepreneuses qui dechirent

Pourquoi et comment mieux vivre le retour au salariat quand on est entrepreneuse ?

Hello les filles, Je vous partage cette réflexion suite à ce que je lis un peu partout de votre part sur le sujet et pour vous partager autour de mon expérience, car oui, je l’ai vécu aussi il y a 8 ans, et ça a été une de mes plus belles expériences dans ma vie d’entrepreneuse.

Puisse ce billet apaiser vos émotions en ces périodes remuantes intérieurement si vous en êtes à vous poser la question ou à postuler en ce moment.

En effet, il arrive que pendant le temps où nous sommes en pleine construction de projet, nous devions toquer à la porte d’une entreprise qui voudra bien de nous le temps de nous reconstruire une santé financière ou parce que vous n’en pouvez simplement plus de cette instabilité de l’entrepreneuriat.

La décision de retourner au salariat est souvent prise dans :

😖 LA DOULEUR

car en quittant le salariat pour entreprendre, on s’est projetée comme étant rapidement une entrepreneuse épanouie et une femme accomplie. Sous-entendu, sur le plan émotionnel, personnel, professionnel, financier …

😔 LA TRISTESSE ET LA CULPABILITÉ

de ne pas avoir généré les résultats imaginés, de décevoir potentiellement ceux qui nous ont soutenue (c’est surtout une interprétation de votre part par ailleurs car en général, ceux qui vous ont soutenue sont surtout déçus POUR vous que DE vous car ils savent le coeur que vous avez mis dans votre projet), d’avoir le sentiment d’avoir gâché les économies du foyer, et contribué à des tensions à la maison

🥺 LE DÉSARROI, LE DOUTE ET LA PEUR

face à un avenir visiblement moins sympa que ce à quoi vous vous attendiez. Vous aviez un espoir d’une autre réalité et avez l’impression de faire machine arrière et devoir vous réenfermer dans une routine que vous avez fuie…Etc etc.

Vous le vivez comme ça parce que vous êtes:

😴 À BOUT DE NERFS ET ÉPUISÉE.

Oui, votre projet n’est peut-être même pas encore finalisé que pour x raisons, vous devez reprendre une activité salariée. Vous avez l’impression de n’avoir rien accompli mais préparer son projet est ce qu’il y a de plus énergivore. Une fois le lancement fait, une fois le projet sorti de terre, si vous l’avez pensé de manière structurée, vous accomplissez ensuite un pas après l’autre pour faire connaître votre projet. Tout le travail personnel et structurel à mener en amont est bien plus épuisant

😑 RÉSIGNÉE OU PRESQUE

quand au fait que l’entrepreneuriat n’est visiblement pas pour vous et que seul le salariat vous permet de vivre un minimum décemment. Quand on est dans cet état d’être, c’est comme si une part de nous s’éteignait…

😓 À -10 NIVEAU ESTIME DE SOI SUR UNE ÉCHELLE ENTRE 0 ET 10.

Jugement négatif de vous-même et auto-flagellation, vous vous sentez nulle, incapable, naïve, idéaliste ou que sais-je. Qui étiez-vous pour espérer vivre vos idéaux? Ce que je veux vous dire dans ce post.

Retourner vers un job salarié n’est pas un échec!

Déjà le mot échec, je ne l’utilise jamais sauf pour vous expliquer pourquoi je ne l’utilise pas 🙃 Dans ma représentation du mot échec, et elle m’appartient, vous pouvez tout à fait avoir une représentation toute autre, il y a comme une impression de chute finale. Pafff, échec, retour à la case départ. Tout recommencer. Ou faire un reset et oublier au plus vite cette période difficile pour essayer de rebâtir une réalité plus stable et sécurisante.

Je préfère voir la chose comme une expérience, une voire plusieurs leçons d’entrepreneuriat et de vie dans ce retour au format « salariat ». Une expérience dont on tire donc un apprentissage, au moins. J’ai vécu cette phase aussi avant l’ouverture de mon espace de coworking et après la fermeture de cet espace, j’ai bossé en entreprise sur ces deux périodes. Je me disais « Purée tu as créé une entreprise pour apprécier pleinement ton quotidien et tu te retrouves encore plus en souffrance que lorsque tu étais salariée, en burn out aussi à la fin, ça ne va pas ! »

Pour autant, je n’étais pas prête à postuler avec conviction vers un poste salarié. Je me disais que de toutes façons, je tiens trop à ma liberté pour retourner au salariat de manière durable. Donc plutôt que prendre un job qui allait me demander de mettre de l’énergie que je n’avais plus, et retourner a minima sur mon ancien poste de directrice de magasin (job que j’adorais, au passage), j’ai préféré postuler pour un emploi me demandant un investissement mental moindre: conseillère de vente.

Métier archi maîtrisé, enseigne que je connais bien, allez zou. J’ai revu une de mes anciennes collègues avec qui j’ai démarré ma carrière en 2002 de mémoire et elle me dit « on cherche un CDD pour les soldes! » j’ai fait un grand coucou!

Au début, je l’ai mal vécu car j’étais vraiment dans mon égo. Je me suis dit « Vraiment, tout ça pour ça, pfff alors que dans un an, tu étais directrice régionale dans ton ancienne boîte, tu en es là »

Côté estime de moi, gloups. Puis, après avoir compris que ce n’était que mon ego qui était touché à ce moment-là, je me suis dit :

– 1/ je vais renflouer mon compte bancaire

– 2/ je vais prolonger mes droits chômage

– 3/ je vais apaiser ma relation de couple

– 4/ je vais retrouver une vie sociale et des échanges avec d’autres

– 5/ je vais revoir mes anciens collègues de galerie et mes anciennes clientes

Meuf, tâche d’en faire une expérience positive, de développer ton entreprise en parallèle en te concentrant sur ce qui compte au moment où tu le fais.

Ce qui se traduisait par: quand tu es au boulot, sois au boulot; quand tu es à la maison sur ton projet, sois focus sur ton projet.

Cette expérience du retour au salariat de deux fois plusieurs mois m’a permis de :

🙏🏻 Retrouver le sourire et un goût de légèreté

🙏🏻 Partager de beaux moments avec une collègue et ma soeur qui travaillait aussi là-bas à ce moment-là

🙏🏻 Rebooster ma confiance en mon avenir pro: je pouvais au pire redevenir directrice magasin et c’était ok puisque j’aimais ce job. (Puis je suis devenue Maman et c’était devenu incompatible avec ma valeur principale: ma famille)

🙏🏻 Ma confiance en moi: les clientes sont toujours aussi ravies, j’accompagne mes collègues dans leur doute, je les aide à grandir, bref, je suis talentueuse pour quelquechose

🙏🏻 Le plaisir de me préparer pour une nouvelle journée après de longues semaines à prendre mes douches à 12h, à ne pas me maquiller et rester en pantoufles

🙏🏻 Le plaisir incommensurable de me retaper une santé financière, honorer mes factures, contribuer au foyer, et me faire plaisir!! Me rhabiller, sortir, aller au resto, en vacances …

🙏🏻 Le plaisir de m’offrir une formation pour continuer de grandir dans mon projet, des livres, de faire grandir mes idées et de nourrir mon esprit de ses passions!Le retour au salariat n’est pas un échec.

L’échec n’existe pas au sens de chute finale. On a toujours de quoi apprendre et rebondir.

Céline Pod

Je conseillerais donc à toutes celles qui ont peur de voir leur projet s’arrêter à cause d’un probable retour au salariat de:

👉 Choisir un job à temps partiel si possibilité il y a pour vos finances

👉 Postuler sur des fonctions qui ne nécessitent pas une concentration mentale +++. Soit un métier archi maîtrisé, dans lequel vous n’avez rien à apprendre, soit des métiers mécaniques. J’aurais très bien pu reprendre un job d’hôtesse de caisse, de technicienne de surface, d’extra pour traiteur ou que sais-je. Peu m’importait tant que je n’avais pas de responsabilités au sens de charge mentale

👉 Penser au CDD et à l’intérim si vous ne projetez pas d’achats immo ou autres et avez besoin de ressentir que vous êtes libres.

👉Essayer la VDI (vente à domicile) surtout si aucun investissement de départ n’est demandé! C’est très formateur. Un conseil: choisissez un produit que vous aimerez proposer et pour lequel vous êtes convaincue sinon vous arrêterez rapidement 🙃

👉 Apprécier le chemin. Apprécier la leçon. Apprécier de pouvoir prendre le temps de repenser le projet, développer un produit, une offre, …

👉 Vous détendre même si ce n’est pas évident. Remettre l’énergie pour une autre entreprise que la vôtre ne durera qu’un temps si vous avez ce goût de l’aventure entrepreneuriale qui pétille en vous. Parfois vous penserez que c’est définitivement fini pour vous, l’entrepreneuriat.

Cela peut être le cas… ou pas… et quand vous serez prête, vous remettrez le pied à l’étrier et remonterez en selle sur d’autres projets. Pas forcément au format entreprise mais peut-être un projet collaboratif ou THE poste de rêve auquel vous n’auriez osé penser… Ce peut être tellement de choses. Et c’est ça qu’il est agréable de découvrir.

Plein de coeurs dans le coeur de toutes celles qui doutent, se flagellent, culpabilisent, pleurent, désemparées, perdues, …Derrière l’ombre, la lumière… TOUJOURS 🌧☁️⛅️🌤☀️

Et vous, vous posez-vous la question de reprendre un boulot salarié ? Quelles solutions vous appellent à première vue ?

Pluie de Love

Céline

Fais connaître cet article au monde entier !
Facebook
Pinterest
Twitter
LinkedIn
Envoyer par mail
Imprimer
les Entrepreneuses Qui Déchirent® - nana life
Laisse-nous un mot sympa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

D'autres articles passionnants

Sur le blog, découvre nos contenus pour t’aider à créer la vie à laquelle tu aspires vraiment.

Hey Girls, je pense qu’on traverse à peu près toutes les mêmes expériences, tout au moins au début. Alors à toutes celles qui sont en train de les vivre de plein fouet et...
Il y aura des jours plus difficiles… Des jours où vous aurez l´impression de n’avoir rien de spécial à apporter,Des jours où vous vous demanderez si ce que vous faites est vraiment utile,Des...
OH MY GOD ! LE BLOOOOOOOOG ! Enfin ! Cet article ouvre le lancement du Blog des EQD qui va évoluer vers un Webzine fin 2021. J’ai environ 400 post-its de sujet à...
Hello les filles, Je ne sais pas si vous êtes comme moi mais après des années à avoir travailler dans mon salon, j’ai eu besoin d’avoir un espace de travail FERMÉ, notamment un...